Accueil > MAGAZINE > Camp de Gurs

Camp de Gurs

VALORISATION DU CAMP DE GURS


Le plus grand du sud de la France, le camp de Gurs témoin de la tourmente des années 1936 à 1945, en quelques chiffres :
Construit en 42 jours, de mars à avril 1939, pour interner les combattants de l’armée républicaine espagnole vaincue par le franquisme, il sera utilisé ensuite comme centre d’internement pour les “indésirables” du régime de Vichy et deviendra l’une des bases de la déportation des juifs en France. Ce fut 3 907 personnes qui furent transférées vers Auschwitz.
Sur 79 hectares, 428 baraques de 24 mètres de long sur 6 de large accueillaient chacune une soixantaine d’internés. La capacité d’hébergement (18500 individus) classait le camp de Gurs au troisième rang des agglomérations du département, après Pau et Bayonne.
Jusqu’à sa fermeture, le 31 décembre 1945, 60 559 personnes seront internées. Plus d’un millier y sont mortes.

Gurs est un des sites majeurs de l’Europe : son histoire court de Guernica à Auschwitz et Mauthausen. De la guerre d’Espagne à la Shoah. L’Amicale du camp de Gurs, créée en 1980, a estimé essentiel de faire connaître ces faits et de donner à réfléchir. Elle est une structure représentative de toutes les composantes du camp mais le pari était osé tant les divergences politiques entre les uns et les autres, les appartenances nationales et les différences communautaires pouvaient déboucher au mieux sur une mutuelle indifférence au pire sur une concurrence des mémoires : pour Claude Laharie*, historien et membre actif de l’Amicale : “à Gurs on est arrivé à réunir des gens qui d’habitude ne se réunissent pas”.

Pendant près de quarante ans, Gurs est comme effacé de l’espace, comme il a été effacé des mémoires et des consciences. Le cimetière a été reconstruit en 1962 grâce aux subventions étrangères, en 1994 est édifié un mémorial constitué d’une petite voie de chemin de fer et d’une dalle de béton entourées de barbelés. Sous un auvent défraîchi, un plan du camp est affiché et quelques éléments d’informations épars figurent sur des panneaux de bois usés. C’est très peu pour le symbole que représente le camp de Gurs.

Grâce au dynamisme de l’amicale, le dossier de valorisation de Gurs a reçu un excellent accueil auprès des élus. La communauté des communes de Navarrenx a accepté d’en être le maître d’ouvrage et finance une grande partie des 571 000 euros nécessaires aux travaux. L’état, le Conseil Général, le Conseil Régional des Pyrénées Atlantiques, la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, et les Länder allemands, participent à ce financement. L’aménagement du site va se faire sur 2500 m2 cédés par la municipalité de Gurs.

Dès cet été, le bâtiment d’accueil de 170 m² sera ouvert . Situé près de la RN 936 il sera doté d’équipements modernes tels, une borne interactive, une vitrine d’exposition, des toilettes et d’une aire de stationnement.

L’implantation de deux Sentiers du Souvenir est en cours de réalisation, ils devraient être opérationnels cet été.

Le Sentier Historique conduira du bâtiment d’accueil à la forêt où furent implantées les baraques d’internement. Des lutrins enrichis de textes explicatifs en trois langues (français, espagnol, allemand) jalonneront les deux parcours.

Le Sentier de Mémoire conduira du bâtiment d’accueil au cimetière où reposent 1073 internés espagnols, brigadistes, indésirables, juifs surtout, tziganes.

Le gouvernement espagnol souhaite ériger un monument sur le site, monument laissé à la discrétion de l’amicale. La proposition s’oriente pour le moment vers une colonnade de la Mémoire bâtie à l’entrée du camp, route de Mauléon.

La publication d’un ouvrage sur la vie artistique au Camp de Gurs par l’Amicale et sous la direction de Claude Laharie, est en préparation. Il devrait paraître à l’automne aux éditions Atlantica sous le titre "Gurs, l’art derrière les barbelés". Il comportera des reproductions de dessins d’enfants, d’artistes confirmés, des tableaux.

* Claude Laharie, agrégé d’histoire, est l’auteur de deux ouvrages :
- Le camp de Gurs 1939-1945 - J&D Éditions - 1993
- Gurs : 1939-1945 un camp d’internement en Béarn - Atlantica - 2005

Jean Marchadier

JPEG - 165 ko
Reproduction à l’identique d’une baraque du camp
telle qu’en 1939 par 15 élèves du lycée de Gelos, terminale "bois et matériaux associés".

(Photo Jean-Jacques Le Masson).






Moteur de recherche d'articles »

S'abonner!

Pour en savoir plus, cliquez ici »

Espace abonnés


Pour accéder à l'espace abonnés,