Accueil > ACTUALITÉS PYRÉNÉENNES & AGENDA > “Faits divers”

“Faits divers”

TONY ESTANGUET PORTE AU PLUS HAUT
LE DRAPEAU FRANÇAIS


JPEG - 50.6 ko
Tony Estanguet, porte-drapeau de la délégation française aux Jeux de Pékin en 2008.

Tony Estanguet, triple champion olympique de canoë que l’on ne présente plus, après neuf mois de procédure va pouvoir devenir membre du Comité international olympique (CIO), où il avait été élu en août dernier à la commission des athlètes, suite au rejet mercredi par le Tribunal arbitral du sport (TAS) de l’appel d’un autre candidat qui bloquait le processus d’admission. Les arbitres du TAS ont confirmé la décision du CIO.

Le CIO s’est « félicité de la décision du TAS » et « se réjouit de travailler avec les nouveaux élus qui seront proposés pour approbation par la session, une fois que la période d’appel de 28 jours sera écoulée. » C’est lors de la réunion des 3 et 4 juillet au Palais Beaulieu de Lausanne que le Français doit obtenir plus de 50% des voix de ses pairs pour devenir un cardinal du sport pour huit ans.

Tony Estanguet sera le 17e membre français du CIO depuis la naissance, en 1894, de l’entité olympique créée par Pierre de Coubertin. Jamais depuis la naissance d’un quota de 15 sportifs actifs au CIO, en 1999, un Français n’avait pu se hisser à ce niveau ; il rejoint ainsi deux autres champions olympiques Jean-Claude Killy et Guy Drut, déjà membres de l’institution basée à Lausanne.

Nul doute que le pyrénéen, à 35 ans, champion d’exception et référence de l’olympisme français, servira au plus haut l’idéal olympique.

Mis en ligne le jeudi 23 mai 2013.


EN 2013, PEYRAGUDES À L’HONNEUR


- Du 18 au 24 mars 2013, la station organise les 100èmes championnats de France de Ski alpin, de retour dans les Pyrénées après 30 ans d’absence. Les meilleurs coureurs français (entre autres : Adrien Théaux, Jean Baptiste Grange, Alexis Pinturault, Tessa Worley, Marion Rolland, Anne-Sophie Barthet...) s’affronteront sur les pistes de la station en Slalom, Géant, Super G et Descente.

JPEG - 27 ko
Tourmalet, stèle du cyclisme.

- C’est le 8 septembre prochain que la Vuelta s’offrira un petit détour par la France, lors de l’étape Andorre - Peyragudes. Par sa longueur (232 Km) et par sa difficulté avec quatre cols de 1re catégorie (le col del Canto, le Port de la Bonaiga, le Port de Balès, le Peyresourde), cette étape sera une des plus importantes de ce tour 2013. Depuis le Val d’Aran, les coureurs arriveront à Siradan (H.G.) et prendront la route de la Barousse pour franchir le Port de Balès, puis le col de Peyresourde avant la montée finale vers Peyragudes. Le lendemain, retour en terre ibérique avec une étape Graus – Formigal. Cela faisait près de vingt ans que la Vuelta n’était pas passée par la France.
 
 
 
 
 

Mis en ligne le mercredi 20 mars 2013.


TONY ESTANGUET SUR LE TOIT DE L’OLYMPE



Tony Estanguet a été couronné une troisième fois à Londres dans sa discipline, le canoë monoplace, en quatre participations aux Jeux Olympiques. Après sa déconvenue, à la surprise générale, des Jeux de Pékin où il était le porte drapeau de la délégation française, le canoéiste palois, grâce à son talent et du travail, est revenu au niveau des plus grands ce qui suppose des qualités hors du commun.
Ce perfectionniste a su parfaitement maîtriser ce difficile bassin de Lee Valley pour s’imposer face à ses valeureux adversaires : il incarne l’excellence du sport français et porte haut les valeurs de l’olympisme.

Présente dans les tribunes du site la ministre des sports Valérie Fourneyron a insisté dans son hommage sur les qualités extra-sportives du triple champion olympique : « Il a un parcours exemplaire de sportif et d’homme, avec son engagement dans sa fédération, auprès des autres athlètes. Il est toujours très attentif à la chose publique, à son environnement, à donner aux autres. C’est vraiment un athlète qui donne. Il a fait des choix de construction. On parle toujours du double parcours d’athlète et de l’homme. C’est un si bel exemple ».

Mis en ligne le jeudi 2 août 2012.


LE CHAMPIONNAT DU MONDE DE DESCENTE D’EAUX VIVES DANS LES PYRÉNÉES


C’est Sort, capitale du Pallars Sobira (Catalogne espagnole) qui organisera du 7 au 13 juin la 27° édition de cette compétition sur la Noguera Pallaresa, rivière navigable sur plus de 40 kilomètres et considérée comme l’une des meilleures au monde pour la pratique des sports d’eaux vives tels que rafting, canoë-kayak et hydrospeed avec un débit moyen en période de hautes eaux (au printemps) de 31.5 mètres cubes par seconde.

Sort s’est forgée, depuis 1964, avec le premier rallye touristique international de la Noguera Pallaresa, une solide tradition dans l’organisation d’épreuves sportives dans le domaine des eaux vives. Cette année le championnat, que l’Espagne accueille pour la première fois, devrait attirer les représentants de 31 nationalités.

Mis en ligne le mercredi 19 mai 2010.


UNE DEUXIÈME MÉDAILLE POUR MARIE-LAURE BRUNET À VANCOUVER


JPEG - 78.7 ko
Marie-Laure Brunet, Sylvie Becaert , Marie Dorin, et Sandrine Bailly.

Avec l’équipe relais 4x6 km de biathlon, Marie-Laure Brunet,
déjà médaillée, a terminé en tête le premier relais contribuant, avec Sylvie Becaert , Marie Dorin et Sandrine Bailly, à l’obtention de la médaille d’argent de cette épreuve des Jeux Olympiques d’hiver de Vancouver.
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Mis en ligne le mercredi 24 février 2010.


LE CATALAN MARTIN FOURCADE MÉDAILLE D’ARGENT À VANCOUVER


JPEG - 71.6 ko
Photo agence Reuters

Malgré un départ catastrophique avec deux pénalités lors de la première session de tir, Martin Fourcade se classe second de l’épreuve de biathlon 15 km départ en ligne de ces Jeux Olympiques d’hiver. Son frère aîné, Simon, est quatorzième de cette même épreuve.

Né à Céret (P.O) en 1988, il grandit à La Llagonne (P.O) où son père y est maire et accompagnateur de montagne, mais réside à Villard-de-Lans afin d’éviter les déplacements interminables pour s’aligner dans les compétitions.

La luchonnaise Marie-Laure Brunet, médaillée de bronze de l’épreuve de poursuite dames de biathlon, a terminé quinzième du biathlon 12,5 km départ en ligne.

Mis en ligne le lundi 22 février 2010.


MARIE-LAURE BRUNET MÉDAILLÉE AUX JEUX OLYMPIQUES D’HIVER À VANCOUVER



Grâce à un sans-faute au tir, Marie-Laure Brunet a décroché la médaille de bronze de l’épreuve de poursuite dames de biathlon.

Depuis sa toute petite enfance Marie-Laure Brunet pratique le ski de fond, ses parents en faisaient tous les week-ends. Licenciée au début au Ski Club de Superbagnères puis au Club du Val d’Azun à 14 ans elle décide de partir en internat au Sport-études de Font-Romeu pour bénéficier d’un meilleur suivi au niveau de l’entraînement et découvre le biathlon. Mais pour progresser, les Pyrénées étant loin des lieux de compétitions importantes, elle s’installe sur le plateau du Vercors intègre le Ski club d’Autrans et le Lycée Pôle Espoir de Villard-de-Lans.

Mais pour autant , la luchonnaise née à Lannemezan en 1988, n’oublie pas son massif, son bonheur, être dans la montagne pyrénéenne et plus particulièrement à Espingo : elle apprécie le groupe Nadau.
Vu son âge et sa détermination on devrait la retrouver encore sur les podiums.

Mis en ligne le mercredi 17 février 2010.


CINÉMA AU GRAND HÔTEL DU VIGNEMALE À GAVARNIE



Le Grand Hôtel du Vignemale à Gavarnie transformé, pour les besoins, en quatre étoiles va servir de cadre pour réaliser le long métrage de Raphaël Jacoulot
« Avant l’aube ».

À partir du 25 janvier prochain, le tournage, étalé sur huit semaines, aura lieu entre Midi-Pyrénées et le Luxembourg. Cette fiction racontera l’histoire d’un jeune homme employé dans un grand hôtel à la montagne qui suspecte la famille qui l’emploie d’avoir fait disparaître un client. Mais il décide tout de même de protéger son patron, jusqu’au jour où il se trouve lui-même en danger…

Les décorateurs sont à pied d’œuvre depuis mi-décembre pour réaliser l’ambiance feutrée d’un palace.

Les acteurs sont Jean-Pierre Bacri, Ludmila Mikael, Vincent Rottiers, Sylvie Testud.

Mis en ligne le samedi 9 janvier 2010.


ANDORRE
Catastrophe sur un chantier d’ouvrage d’art


Samedi 7 novembre, vers midi, l’effondrement d’un pont en construction en Andorre, dans la vallée de Massana, au nord-ouest de la principauté, a emporté onze des soixante personnes affectées au chantier. Le bilan est très lourd : cinq morts et six blessés. Une partie de la structure s’est effondrée sur une vingtaine de mètres à la sortie d’un tunnel routier quelques minutes après que les ouvriers aient coulé du béton armé.

Mis en ligne le mardi 10 novembre 2009.


EN 2010, LE TOUR DE FRANCE RENDRA HOMMAGE AUX PYRÉNÉES


Pour fêter le centenaire du passage du tour dans les Pyrénées celui-ci y fera un long séjour en 2010 : le 18 juillet il sera à Ax-3 Domaines, le 19 à Bagnères-de-Luchon, le 20 à Pau, le 21 jour de repos à Pau, le 22 arrivée au col du Tourmalet où se déroulera une cérémonie du souvenir d’Henri Desgrange fondateur de l’épreuve, le 23 départ de Salies-de-Béarn vers Bordeaux.

En effet c’est en 1910 que les organisateurs du tour osent le franchissement de la haute montagne : ils choisissent les Pyrénées en les traversant en deux étapes de Perpignan à Bayonne, le point culminant en étant le col du Tourmalet. Le vainqueur de ces deux étapes Octave Lapize (France) fut également vainqueur de l’épreuve.

De tout temps le col du Tourmalet fut franchi, bergers, pèlerins, colporteurs, mais l’histoire a surtout retenu le passage de Mme de Maintenon en 1675 en chaise à porteurs : ce fut le premier exploit réalisé… par ses porteurs.
Des exploits, il y en eut dans ce secteur quand en 1906 la coupole Baillaud terminée au Pic du Midi il fallut transporter le télescope au col en char à bœufs. De là, les 22 caisses, pesant entre 300 et 800 kilos, furent transportées au sommet par une douzaine de soldats d’un régiment d’artillerie de Tarbes. Les difficultés furent telles que, au bout d’un mois d’efforts, ils ne parvinrent qu’au col de Sencours. Les caisses y passeront l’hiver et le télescope ne fut monté au sommet qu’en septembre 1907 et opérationnel en 1909.

Les temps ont bien changé, l’an prochain l’étape mythique Bagnères-Pau sera à l’honneur, mais en 1910 le parcours allait jusqu’à Bayonne. Octave Lapize passait le Tourmalet en tête mais dut alterner les séances de pédalage et de course à pieds, seul Garrigou fit l’escalade sans mettre pied à terre et reçut pour ce fait une prime spéciale de 100 francs.

Si l’on fait abstraction du côté noir parfois glauque dans lequel baignent tous les sports très fortement médiatisés, il faut bien admettre que le tour de France, spectacle sportif, est une grande fête populaire qui sied parfaitement aux Pyrénées et qui génère une puissance émotionnelle hors du commun.

Mis en ligne le jeudi 15 octobre 2009.


|






Moteur de recherche d'articles »

S'abonner!

Pour en savoir plus, cliquez ici »