Accueil > ACTUALITÉS PYRÉNÉENNES & AGENDA > Parc national des Pyrénées

Parc national des Pyrénées

NOUVEAU LÂCHER DE BOUQUETINS


Vidéo : lâcher de bouquetin

Douze bouquetins en provenance de la sierra de Guadarrama ont été réintroduits le samedi 16 septembre à Luz-Saint Sauveur, sur les pentes de l’Estibe, sous le pic de Bergons.

Le public avait été invité à cet événement et une assistance fournie – dans laquelle on comptait de nombreux enfants - se pressait dès sept heures du matin sur le site, malgré le froid mordant.

L’opération, organisée par les agents du Parc national, s’est parfaitement déroulée, en présence notamment du président du Parc, Laurent Grandsimon, et du spécialiste « maison », Jean-Paul Crampe.

Le protocole de lâcher avait été modifié afin de permettre au public de profiter pleinement du spectacle ; après débarquement du camion, chaque caisse contenant un animal était transportée sur le site et ouverte. Les douze bouquetins sont ainsi sortis séparément pour le plus grand bonheur des assistants.

Ces douze nouvelles recrues viennent compléter la population de plus de quatre-vingt animaux déjà réintroduite dans le Parc national.

C’était le troisième lâcher en vallée de Luz-Gavarnie ; les précédents ayant eu lieu le 8 avril 2016 (trois mâles et trois femelles à Gèdre-dessus) et le 2 novembre 2016 (dix femelles et quatre mâles au col de Ripeyre).

Mis en ligne dimanche 17 septembre 2017

info portfolio

Arrivée en direct de Guadarrama Les caisses sont déchargées Les spectateurs arrivent Lever de soleil sur le soum de Nère Prêts pour l'évènement Transport des caisses sur le site du lâcher

UN NOUVEAU LÂCHER DE BOUQUETINS EN SEPTEMBRE


Le Parc national des Pyrénées organisera ce samedi 16 septembre 2017 un nouveau lâcher de bouquetins. Comme les précédents, les animaux sont originaires de la Sierra de Guadarrama en Espagne. Ils viendront s’ajouter aux 80 bouquetins déjà présents dans le Parc national. La réintroduction est déjà un succès, au vu des nombreuses naissances qui ont déjà eu lieu : 19 cabris nés en 2017 au sein de cette population pyrénéenne.
Ce lâcher sera ouvert au public, il suffit pour cela de se rendre samedi 16 septembre 2017 avant 8h30 au quartier pastoral de l’Estibe sur le territoire de la commune de Luz Saint-Sauveur (Hautes-Pyrénées).

Pour plus d’informations, visiter le site internet du Parc national des Pyrénées.

JPEG - 53.3 ko
Bouquetin, Bassiès, août 2017. Photo M. Pujos.

Rappelons qu’une deuxième population est aussi en cours de réintroduction au Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises : 10 bouquetins ont été réintroduits le 19 juillet puis 11 supplémentaires le 3 août à Ustou.

Mis en ligne mercredi 13 septembre 2017


LE PARC NATIONAL FÊTE SES CINQUANTE ANS


Créé par décret du 23 mars 1967, le Parc national des Pyrénées a cette année cinquante ans et fête cet événement par des animations, expositions, randonnées, projections ... dans chacune de ses six vallées.
Un programme très copieux a été élaboré dont le point d’orgue sera la fête du Parc national le 26 août 2017 à Saint Lary, entre autres :
- animations (balades à vélos ou à dos d’ânes, simulations de pêche, visites pour découvrir la vallée...)
- artisanat, restauration
- conférences

Le programme est téléchargeable sur le site du Parc national.

Mis en ligne le 9 juillet 2017


LES CINQUANTE ANS DU PARC NATIONAL



Le Parc National des Pyrénées fêtera en 2017 ses cinquante ans. Parmi les manifestations prévues :

  • en mars la sortie d’un ouvrage de 200 pages retraçant son histoire, suivie de celle d’un film consacré aux portraits de 13 de ses acteurs.
  • fin août une randonnée de cinq jours entre Etsaut et Saint-Lary, effectuée par les gardes du Parc, et à laquelle pourront se joindre les marcheurs qui le désireront.

Ce programme a été mis au point par le directeur Gilles Perron avant son départ ; il devait en effet, après 8 ans d’exercice, quitter le Parc en novembre 2016 pour d’autres fonctions au Ministère de l’Environnement.


L’ASTER DES PYRÉNÉES MENACÉ



Chacun connait cette jolie et haute fleur au cœur jaune et aux pétales lilas, qui fleurit en fin d’été et en début d’automne, l’Aster des Pyrénées. Il est hélas doublement menacé pour être cueilli par les promeneurs et brouté par les troupeaux et les isards, ce qui empêche sa reproduction par les graines.
À l’initiative du Conservatoire botanique, des mesures de protection sont à l’étude sur une quinzaine de sites du Parc national des Pyrénées.

Lire aussi l’article sur le site internet du parc : Encordés pour l’Aster des Pyrénées

Mis en ligne jeudi 22 décembre 2016


UN PROCHAIN LÂCHER DE BOUQUETINS IBÉRIQUES À GÈDRE-DESSUS


JPEG - 54.2 ko
(Photo Gérard Raynaud)

Le Parc National des Pyrénées se prépare à son dixième lâcher de bouquetins. Démarrée en juillet 2014, la réintroduction de bouquetins ibériques originaires de la Sierra de Guadarrama se déroule avec succès : une soixantaine d’individus sont maintenant présents sur le territoire du Parc.
Vendredi 8 avril, ce seront une dizaine d’individus supplémentaires qui seront lâchés sur la commune de Gavarnie. Les dons de particuliers, associations et sociétés privées ont permis de financer l’introduction de 3 de ces nouveaux bouquetins.
Le public est invité à se rendre ce 8 avril sur le site de Gèdre-dessus à partir de 18h15 afin d’assister à ce nouveau lâcher.
 
Pour plus d’informations, consulter le site internet du Parc National des Pyrénées.

Mis en ligne mercredi 6 avril 2016


PARRAINEZ UN BOUQUETIN


JPEG - 43.3 ko
Bouquetin des Pyrénées. Photo B. Clos, publiée dans le numéro 142 de Pyrénées

Le bouquetin était autrefois abondant dans les Pyrénées, en témoigne Gaston Fébus aux XIVe siècle dans son Livre de la chasse. Chassé pendant plusieurs siècles, les effectifs de cet animal ont progressivement régressé. En 1799, le naturaliste toulousain Picot de Lapeyrouse mentionne sa présence en Haute-Garonne tout en constatant déjà son déclin : "Cette espèce se perd aux Pyrénées", écrit-il. L’ultime refuge du bouquetin des Pyrénées se trouvera finalement dans les fajas de la vallée d’Ordesa. Longtemps enneigé et encore très ombragé à l’époque des naissances, ce milieu n’a pas permit à cette population résiduelle de prospérer. Malgré des mesures de protection, la dernière femelle du bouquetin des Pyrénées s’y est éteinte en 2000.

JPEG - 34.4 ko
Chasse aux bouquetins, Gaston Fébus, Livre de la chasse.
Détail de la couverture du n° 262 de Pyrénées

Depuis 2014, un plan de restauration de l’espèce entre la France, l’Espagne et l’Andorre, s’est concrétisé par des lâchers de bouquetins ibériques dans deux zones géographiques distinctes.

Afin de repeupler le massif pyrénéen, le Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises accueille une partie des effectifs dans le cirque de Cagateille au dessus d’Ustou. L’épreuve hivernale à été passée avec brio par ces bouquetins en provenance de la Sierra de Guadarrama et devenus ariégeois depuis peu : deux groupes d’animaux se sont formés et sont restés aux abords du cirque de Cagateille. Ils ont pu constituer de bonnes réserves de graisse durant l’automne pour faire face aux rigueurs de l’hiver. Les agents du parc ont aussi observé la différence de stratégie entre l’isard et le bouquetin pour affronter les chutes de neige. Alors que les isards ont tendance à redescendre en altitude, les bouquetins restent sur les pentes raides et les barres rocheuses exposées sud qui purgent rapidement la neige, leur facilitant l’accès à la végétation dont ils se nourrissent. Le Parc à publié un bulletin d’information consultable sur son site internet.

De son côté, le Parc National des Pyrénées (PNP) a déjà introduit 31 bouquetins au cours de plusieurs lâchers dans la région de Cauterets, au dessus du Pont d’Espagne. Afin de maintenir une population stable et viable, le nombre d’animaux à réintroduire est estimé à 200. Aussi, afin de l’aider à mener ce projet, le PNP fait appel à la générosité du public en proposant de parrainer un bouquetin. Le montant des dons, même modestes, ouvre droit à une réduction fiscale et permettra au Parc d’acquérir des nouveaux animaux. De plus, chaque parrain sera personnellement invité lors du lâcher de son bouquetin filleul. Pour plus d’information, consulter le site internet du Parc National des Pyrénées.


 

Mis en ligne le samedi 13 juin 2015


LE REFUGE DE BARROUDE DÉTRUIT PAR UN INCENDIE


JPEG - 269.9 ko
Veillée pyrénéiste au refuge.

C’est probablement dans la nuit du 11 au 12 octobre que le refuge de Barroude en haute vallée d’Aure a été ravagé par un incendie dû peut être à un impact de foudre. Le bâtiment étant construit en bois, il n’en reste rien, mis à part les tôles de la toiture.
La saison de gardiennage ayant pris fin le 29 septembre, il était heureusement vide.
La Gendarmerie nationale et une équipe du Parc national (propriétaire du bâtiment) sont montées sur place pour tenter de déterminer l’origine du sinistre.

JPEG - 117.4 ko
Soleil levant à Barroude.

Pour Gilles Perron, directeur du Parc national, la priorité est la mise en sécurité de ce qu’il reste du refuge, et de faire savoir que celui-ci est inutilisable pour de longs mois. Quant à l’éventualité d’une reconstruction il affirme : « Dans le contexte actuel, c’est impossible pour le Parc national d’assumer la totalité de la reconstruction du bâtiment. Nous attendons de voir la position des assurances. Notre souhait est de reconstruire le refuge de Barroude mais cela dépendra de la mobilisation des assurances sur ce dossier ».
Selon lui, il ne se passera pas grand chose avant 2 ou 3 ans.

Etabli près d’un lac et au pied de l’imposante et admirable muraille de Barroude, dans un site à la fois sévère et pastoral, le refuge de Barroude était idéalement placé, sur l’itinéraire de la haute route et dans un site exceptionnel qui attirait de nombreux randonneurs, séduits également par la gentillesse et l’enthousiasme des gardiens Éric et Rozenn.

JPEG - 222.3 ko
Photo Florian Jacqueminet prise depuis le pic Heïd le 19 octobre 2014.

Voir des photos sur le site du Parc national.

 
Mis en ligne le mardi 14 octobre 2014.


14 SEPTEMBRE : HOMMAGE À RAYMOND RITTER À CAUTERETS


Pour célébrer le 40ème anniversaire de la disparition de Raymond Ritter, les Amis du Parc National des Pyrénées, les Amis du Musée Pyrénéen de Lourdes, le Parc National des Pyrénées et la Commission Syndicale de la Vallée de Saint-Savin organisent une randonnée culturelle et commémorative le 14 septembre 2014.

Du Cambasque au Refuge d’Ilhéou, la matinée sera l’occasion de se remémorer ce grand pyrénéiste aux talents multiples. Homme de lettres, historien, journaliste, il fut le premier rédacteur en chef de Pyrénées.
Passionné, il joua un rôle prépondérant dans la protection et la sauvegarde de nombreux sites naturels et architecturaux et fut acteur majeur de la création du Parc National des Pyrénées. Son nom fut donné il y a 39 ans à l’actuel Refuge d’Ilhéou.

La commémoration débutera à 9h30 au parking du Cambasque avec une montée collective au refuge où une plaque commémorative sera dévoilée.
Durant la randonnée, des textes de Raymond Ritter seront interprétés par la Compagnie des Jolies choses. La parole toujours actuelle de cet homme de convictions résonnera donc dans la montagne de Cauterets qu’il aimait particulièrement et qui a vu naître sa réflexion sur la nécessité de conserver un patrimoine commun.

 
Mis en ligne le lundi 11 août 2014.


SAINT LARY : INAUGURATION DU SQUARE JEAN ET PIERRE RAVIER


Le samedi 7 juin, la mairie de Saint Lary et le Parc National des Pyrénées avaient convié amis et famille à une sympathique manifestation d’amitié pyrénéiste : l’inauguration de l’amphithéâtre établi devant la maison du Parc National.

JPEG - 111.1 ko
Une nombreuse assistance. Photo R. Dreuil.


Baptisé square Jean et Pierre Ravier, cet espace convivial en gradins hémi circulaires, situé en plein centre de la station village, était plein à craquer pour les discours du maire de Saint Lary-Soulan, Jean-Henri Mir, et du directeur du Parc National, Gilles Perron.

JPEG - 83.8 ko
A. Mir, J. Ravier, P. Ravier, G. Perron, J.H. Mir. Photo R. Dreuil.


Leur succédait une chorale d’enfants qui interprétaient deux adorables chansonnettes composées par Claire Benoit et dédiées aux héros du jour.

JPEG - 99.5 ko
Les enfants, petits et grands. Photo R. Dreuil.


Enfin, la plaque était dévoilée par Pierre et Jean qui, surmontant leur légendaire discrétion, s’exprimaient pour remercier les initiateurs de cet hommage.

JPEG - 101.2 ko
La plaque est dévoilée. Photo R. Dreuil.


Un apéritif terminait cette sympathique cérémonie empreinte, comme il se devait, de la plus totale simplicité, à l’image de ceux qui en étaient, volens nolens, les vedettes.

Mis en ligne le mercredi 11 juin 2014.


|






Moteur de recherche d'articles »

S'abonner!

Pour en savoir plus, cliquez ici »

Espace abonnés


Pour accéder à l'espace abonnés,