Accueil > ACTUALITÉS PYRÉNÉENNES & AGENDA > Aménagements & Économie

Aménagements & Économie

MICROCENTRALES CONTESTÉES EN ARAGON


Un projet vise à installer trois micro centrales hydroélectriques dans la vallée de Gistain, entre San Juan de Plan et le campement Virgen Blanca, en lisière du parc naturel Posets-Maladeta. Il va sans dire que les barrages, les conduites (8,3 km), les édifices et les déblais, sans compter la ponction (entre 60 et 70%) sur les eaux courantes causeraient un préjudice considérable à cette haute vallée encore intacte et très appréciée en saison estivale.

JPEG - 78.1 ko
Plan du projet de construction de centrales électriques en vallée de Ghistain. (Document ecologistasenaccionhuesca.org sous licence creative commons)

Les milieux écologistes sont radicalement opposées à ce projet porté par une entreprise catalane, mais l’investissement de 16 M€ assurerait un revenu annuel de 80.000€ aux communes concernées et créerait … trois emplois.

JPEG - 57.9 ko
Río Cinqueta de Añes Cruces concerné par le projet. (Photo ecologistasenaccionhuesca.org sous licence creative commons)

Mis en ligne lundi 25 janvier 2016


MONTSÉGUR (Ariège) : UN ACCUEIL À LA HAUTEUR DU SITE


4 M€ vont être investis à Montségur afin de proposer un accueil digne de ce nom aux 50.000 visiteurs annuels. Concrètement, un bâtiment d’accueil d’une centaine de mètres carrés sera construit en respectant les contraintes inhérentes au fait que le site est classé. Le second équipement sera un musée destiné à remplacer l’existant ; bâti sur deux niveaux et incluant une salle de conférences de 800 m², il répondra à toutes les normes d’accueil des différents publics et pourra constituer une alternative quand la météo ne permet pas de monter au château. Installé près du parking central, il sera proche du village. Les travaux pourraient démarrer en 2017 ou 2018.

Mis en ligne vendredi 22 janvier 2016


RECTIFICATION DE LA FRONTIÈRE FRANCO-ANDORRANE


La France vient de céder 35 hectares de terrain à l’Andorre dans la région d’Envalira. La frontière, qui jusqu’alors, montait au pic Nègre d’Envalira (2822 mètres) depuis le Pas de la Case, a été repoussée légèrement vers l’est. Elle passe désormais au col des Isards et traverse en son milieu l’étang de Font Nègre. Le but était de partager ce petit lac, français jusqu’au 1er octobre 2015 et maintenant franco andorran, car il assure l’approvisionnement en eau du Pas de la Case. C’est Jean-Paul Laborie, délégué à l’abornement pour les Pyrénées centrales, qui a supervisé l’opération de bornage.

Le décret a été publié au Journal Officiel : Décret n° 2015-1187 du 25 septembre 2015 portant publication de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la Principauté d’Andorre portant délimitation de la frontière, consultable ci-dessous.

PDF - 138.3 ko
Décret : modification frontalière France - Andorre

Mis en ligne mardi 19 janvier 2016


SANT GUILLEM : UN NOUVEAU REFUGE SUR LE TOUR DU CANIGOU


Ouvert ce mois de juillet, le refuge gardé de Sant Guillem (1283 m.) offrira 30 à 40 places et toutes les commodités nécessaires aux randonneurs ; même un accueil équestre et un local VTT sécurisé. La construction du bâtiment a été pensée pour satisfaire aux normes de haute qualité environnementale : chaudière à bois, énergie photovoltaïque pour la production de l’eau chaude et le chauffage par le sol, association du bois et de la pierre locale pour une isolation naturelle renforcée.

Gardé du 15 avril au 30 octobre, il dispose d’une salle de 10-12 places ouverte hors saison. Situé sur la commune du Tech (P.O.), il est accessible en 45 minutes à partir du hameau de La Llau. Il contribue à étoffer le réseau des refuges du tour du Canigou (Batère, les Cortalets, Mariailles).

Contacts :

 
 

Mis en ligne le mardi 2 juin 2015


LE PARC NATUREL RÉGIONAL COMMINGES-PYRÉNÉES EN PROJET


Samedi 26 avril, Saint-Bertrand de Comminges accueillait un séminaire organisé par l’Association pour le Développement en Comminges Pyrénées afin d’avancer sur le projet de création d’un parc naturel régional commingeois. Ce projet, porté par François Arcangeli, conseiller régional de Midi-Pyrénées et maire d’Arbas n’est pas encore totalement finalisé, notamment le périmètre géographique concerné pour lequel subsistent des incertitudes. À l’image du Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises, des retombées économiques sont attendues, son président André Rouch témoigne :

"Pour un territoire comme celui du Comminges qui a autant d’atouts, cela peut l’aider à développer ses productions et ses activités, à valoriser la qualité de ses espaces naturels, sa biodiversité... En Ariège, nous privilégions les productions locales (charcuteries, fromages, miels, farines, bois...), les hébergements, les métiers, les artisans, grâce à la marque ©Parc qui est un gage de qualité et d’aide à la promotion".


Une brochure téléchargeable expliquant le fonctionnement et la vocation du PNR est disponible. De plus, pour soutenir le projet, une Association des Amis du PNR Comminges-Pyrénées a été créée pour ceux souhaitant participer à ce projet. Chacun peut y adhérer via un bulletin d’adhésion.

PDF - 1.2 Mo
Télécharger la brochure PNR Comminges-Pyrénées
PDF - 52.5 ko
Télécharger le bulletin d’adhésion



Mis en ligne le jeudi 30 avril 2015


LE SAVOIR-FAIRE DES ENTREPRISES PYRÉNÉENNES AU SERVICE DE LA CENTRALE ÉLECTRIQUE D’ASTON


Mise en service il y a plus de 60 ans, la centrale électrique ariégeoise EDF d’Aston, dans le Vicdessos, a entamé cet hiver de lourds travaux d’infrastructure. Le remplacement programmé d’une longueur de 425 mètres de la conduite forcée qui alimente les turbines de l’usine a nécessité la construction d’un téléphérique de chantier (Blondin) capable d’acheminer des charges de 10 tonnes. Cette étape préparatoire au chantier vient de s’achever, et c’est une entreprise Pyrénéenne spécialisée dans les câbles et remontées mécaniques, Mécamont-Hydro, basée à Arreau, qui a assuré l’étude et la mise en place du Blondin (1). Une opération de haute voltige, au vu de la pente du terrain que suit la conduite forcée. Maintenant que cette structure est en place, le chantier peut entrer dans une nouvelle phase, à savoir l’acheminement sur place des matériaux de construction nécessaires au remplacement du tube, grâce à ce Blondin piloté par Mécamont-Hydro. L’industrie pyrénéenne sera encore au premier plan, la construction des éléments du tube étant confiée à l’entreprise de construction métallique Savco qui se trouve à Saverdun.
 

(1) : Blondin est le nom de famille de l’acrobate français Jean-François Gravelet Blondin, connu comme « Le grand Blondin » qui a traversé en 1859 les chutes du Niagara sur un câble tendu entre les deux rives.


 
Voici quelques images du chantier prises au cours de cet hiver 2015 (© Mecamont-Hydro) :
 




 
 
Mis en ligne le jeudi 5 mars 2015


LOURDES : UN PLAN DE REDÉPLOIEMENT TOURISTIQUE



« Inviter les touristes qui ne viennent que pour les Sanctuaires à découvrir la ville et ses environs », tel est l’objectif affiché par la municipalité lourdaise pour répondre à la baisse de fréquentation. « Remettre en avant notre culture, notre patrimoine, et augmenter la durée de fréquentation des touristes » sont les principaux axes de travail retenus.
Deux parcours touristiques devraient être créés pour inciter les touristes à porter un autre regard sur Lourdes ; le premier autour de Bernadette, et le deuxième à la découverte de la ville fortifiée oubliée. De plus, l’office de tourisme sera réhabilité et un second sera créé dans la ville basse. D’autres actions en direction de la communication viseront à donner une nouvelle identité visuelle avec des dépliants, des panneaux de signalétique piétonne, des panneaux de direction et un site internet modernisé.

Mis en ligne lundi 16 février 2015.


OUVERTURE DU REFUGE D’ORÉDON (H.P.)



 
 
 
 
 
Dans le cadre du Pôle d’excellence rurale du Néouvielle, l’ancien bâtiment de la DDE surplombant le lac d’Orédon a été acheté par la commune d’Aragnouet pour être transformé en refuge. Conçu comme une structure complémentaire du chalet qui est situé juste au-dessus, il est géré par le même gardien Christophe Carrère.

La capacité de couchage est de 17 personnes réparties en deux dortoirs de 9 et 8 places. Une chambre au rez-de-chaussée peut accueillir les personnes à mobilité réduite. La salle commune, habillée de lambris, est équipée d’un poêle.

Il est ouvert et gardé sur réservation à partir de février, et de manière continue de début avril à fin octobre.

Le projet Pôle d’excellence rurale du Néouvielle prévoit la mise en réseau de tous les refuges du massif.

Site du refuge

 
Mis en ligne le lundi 12 janvier 2015.


REFUGE : UNE UTN (Unité Touristique Nouvelle) POUR AYGUES-CLUSES (H.P.)


À la faveur de cette procédure, on en sait un peu plus sur le refuge qui va être construit dans le vallon d’Aygues-Cluses, entre Barèges et la vallée d’Aure. Gardé tout l’été et une partie de la saison d’hiver, il aura une capacité d’accueil de 34 personnes, réparties en 5 chambres de 4 et deux dortoirs de 6 et 8. La partie ouverte hors gardiennage pourra accueillir 6 personnes (seulement, dirons-nous). Les sanitaires comprendront deux douches, deux lavabos, et deux toilettes sèches. La structure porteuse du bâtiment sera en bois reposant sur des fondations en béton armé ancrées dans la roche. Les planchers, les parois extérieures et refends seront également réalisés en ossature bois. Cette ossature sera garnie d’isolant thermique épais.
Les habillages de façade du rez-de-chaussée seront en pierres collectées sur place et reliées par une ossature métallique en face arrière pour répondre aux exigences anti sismiques. Les habillages de façade de l’étage seront en bois imputrescible. Au sud, les façades seront en grande partie vitrées et les parties pleines recevront des panneaux solaires photovoltaïques. Les gardiens disposeront évidemment d’un espace privatif.
L’assainissement, très allégé grâce au recours aux toilettes sèches, se fera par un bac à graisse et un septo-diffuseur avec rejet des eaux après épuration dans le ruisseau en aval du lac de Coueyla Gran. Le chauffage sera assuré par un poêle à bois à granulés en salle à manger ; la diffusion de l’air chaud se fera par extraction de l’air dans la cuisine et les sanitaires par une VMC. L’eau chaude des deux douches viendra, en partie des capteurs solaires thermiques placés en toiture, et en partie d’une chaudière à granulés de bois. La cuisine et le réfrigérateur utiliseront du gaz en bouteilles. L’usage de l’électricité sera très limité : éclairage, appareils électroménagers, pompes d’approvisionnement de l’eau, téléphonie, informatique des gardiens.
Notons, et c’est une bonne nouvelle, que la cabane actuelle ne sera pas détruite.
 
Consulter le dossier UTN

 
Mis en ligne le samedi 22 novembre 2014.


CAUTERETS : CONFÉRENCE SUR LES TRAVAUX DU PEGUÈRE


Le 19 juin à 17h30 , François Mengelle évoquera les travaux considérables qui, depuis plus d’un siècle, ont permis de stabiliser les flancs du Péguère qui menaçaient directement le site de la Raillère et ses établissements thermaux.

Gratuit – Entrée libre dans la limite des places disponibles

Mis en ligne le dimanche 25 mai 2014.


|






Moteur de recherche d'articles »

S'abonner!

Pour en savoir plus, cliquez ici »